Comment fonctionnent les zones érogènes d’une femme

Contenu

Zones érogènes féminines

Zones érogènes chez les filles: comment devenir un maître des préliminaires

Comment plaire à une femme. À quoi réagissent les zones érogènes d’une femme. Secrets du corps féminin.

De l’histoire des zones féminines érogènes.

Les érozones féminines ont toujours existé et avaient non seulement leur place sur la carte du corps, mais elles ont également agi et agi comme un système d’alerte précoce bien coordonné, permettant au corps de déterminer ce qui est bon et ce qui est mauvais dans le sexe. Je suis d’accord que les récepteurs sensibles sont impliqués non seulement dans les processus sexuels, mais je parle d’eux. Et pourquoi diable discuter de choses qui ont une faible priorité par rapport au sexe?.

Depuis la petite enfance, tout représentant du sexe faible utilise son corps comme un seul scanner le plus compliqué, capable non seulement de transmettre toutes les informations à analyser au cerveau, mais aussi de les transformer en énergie sexuelle inconditionnée (telle merde lorsque des locaux érotiques sont perçus sans la participation du cerveau). Par exemple, l’évaluation d’un homme au moyen de la vue se produit bien avant qu’il ne soit testé par la matière grise pour la sympathie-antipathie..
Dans le sexe faible, contrairement aux hommes, la zone érogène est presque tout le corps, sans exception, et pas seulement ce que les gens écrivent dans la littérature scientifique, les personnes qui n’ont qu’un seul partenaire sexuel dans la vie, et une fois par mois. Ayant étudié les femmes pendant de nombreuses années, je suis arrivé à la conclusion qu’en termes de perception du sexe, elles sont bien plus élevées que nous les hommes, et sous presque toutes ses formes. Vous pensez, par hasard, parmi le beau sexe, il n’y a pratiquement pas de maniaques sexuels – merde, nos dames disent seulement que les hommes ne les satisfont pas, alors qu’elles préfèrent garder le silence sur l’auto-satisfaction. Oui, si les filles exprimaient au moins la moitié de leurs besoins sexuels aux garçons, de nombreux hommes ne le supporteraient pas. Et tout cela parce que même la personne la moins attrayante a dans son arsenal l’arme la plus puissante pour attirer l’attention des personnes de sexe fort et cela s’appelle une réaction à l’affection. Je ne trahirai pas un secret, mais peu d’hommes se sont préoccupés de la recherche des zones érogènes de leurs copines, et plus encore de leur réveil et de leur éducation, alors j’écrirai des sous-titres comme pour des hommes négligents, mais sous-entendant que cela éclairera aussi les femmes. Peut-être que je ne dirai rien de nouveau aux beautés – elles savent déjà tout sur elles-mêmes, mais seuls les complexes ne leur permettent pas de rendre cette connaissance publique, et je n’ai aucun complexe à cet égard.

Les zones érogènes d’une femme ne sont rien de plus qu’une manifestation de sa sexualité au niveau de la physiologie.Oui, plus il y en a, plus la sexualité est prononcée, et ce n’est qu’à travers eux qu’elle peut être développée et améliorée. Cependant, tous les hommes ne le savent pas et encore moins pratiquent la caresse des zones érogènes, pensant que le travail génital va tout broyer – en vain. La plupart des femmes sont plus satisfaites des préliminaires dans des domaines qu’elles connaissent que de la baise folle que certains hommes préfèrent, considérant cela comme une panacée. Les caresses des erozones féminines rappellent le fait de jouer d’un instrument de musique – plus un musicien connaît de notes et plus il en fait des accords virtuoses, meilleure est la mélodie et, naturellement, les auditeurs obtiennent plus de satisfaction. Chacun a le droit de décider par lui-même ce qu’il fait dans ce sous-titre, mais s’il n’y a pas encore d’avis définitif, il vaudra mieux étudier ces quelques pages, quel que soit le sexe, l’âge – cela vous sera utile vie.

À quoi réagissent les zones érogènes d’une femme.

Puisqu’une femme a beaucoup plus de zones érogènes qu’un homme – lire sur tout son corps une zone érogène continue – en fonction de l’emplacement, de l’humeur, même du temps, de leur mère, elles peuvent réagir à presque tous les agents pathogènes. C’est drôle, mais le bourdonnement de certaines érozones est donné par tout – d’un léger souffle de la brise nocturne et le contact de la pointe d’une plume d’oiseau, à un fouet de saule sur les fesses et de la cire chaude sur l’entrejambe. Ne riez pas, lectrice, les femmes dans le sexe sont si diverses et contradictoires qu’il est impossible de parler de chacune avec certitude, même si elle vit à proximité depuis de nombreuses années et s’endort chaque nuit dans vos bras, tenant un pénis tombant dans sa sueur paume. Le corps féminin, contrairement au mâle, tout au long de la vie reconfigure ses terminaisons nerveuses plusieurs fois, à la fois périodiquement – après l’arrivée des règles, et globalement – après la défloration, l’accouchement …, mais ce n’est pas tout – leurs érozones changent aussi avec CHAQUE PARTENAIRE DE CHANGEMENT SEXUEL. Ils changent, se perdent à un endroit et apparaissent dans un autre, ou même simplement renforcent ou affaiblissent leurs sensations.
L’adaptation du sexe faible à chaque nouveau partenaire est une nécessité vitale, c’est pourquoi les Créateurs se sont assurés que le « récipient pour porter un fœtus », à savoir tel, malgré toute l’expression impoétique est une femme, était universel, tel que digestible pour tout homme capable de procréer. Quant aux erozones, leur changement est généralement associé à un changement dans le programme d’activités de la vie, à moins, bien sûr, que l’ancien homme ne réussisse à les réveiller, et que le nouveau se révèle également être un bon « programmeur » et facilement reconfigurable le système féminin. Cependant, malheureusement, la plupart des hommes ne le savent même pas et préfèrent réanimer le corps féminin, en s’adaptant à ses paramètres précédents, plutôt que de redémarrer tout le système, en optimisant pour eux-mêmes. Demandez-moi pourquoi la plupart des filles, malgré tout, aiment les garçons arrogants et déterminés, et je répondrai immédiatement – pour leur arrogance lorsqu’ils améliorent les sentiments et la sensibilité des femmes. Ainsi, le créateur des erozones féminines peut être à la fois un homme et une femme après les expériences des filles..

Il existe des endroits optimisés, caractéristiques de la plupart des individus du beau sexe, mais en même temps, il est toujours nécessaire de se souvenir de l’absence de recettes toutes faites et d’approcher tout le monde avec le même modèle est tout simplement le comble de la stupidité . Mais je dois commencer par quelque chose, et je risquerai quand même de modéliser la monture féminine de l’erozon, même si je ne donnerai pas de garanties pour cela comme dans un magasin. Alors, d’abord, décidons quoi et comment les zones féminines érogènes réagissent, et alors seulement nous réglerons cela avec tout le reste:

– baisers

Toucher un partenaire avec les lèvres de n’importe quelle partie du corps de différentes manières, le degré d’effort et la fréquence peuvent être considérés comme un baiser. Le passe-temps préféré des filles est lorsqu’elles sont seules avec leur homme. Peut-être que les «pièges à baiser», comme ma défunte grand-mère aimait le dire, est la seule chose sur laquelle les femmes sont prêtes à passer plus de temps que sur les relations sexuelles illettrées. Je n’ai pas encore rencontré un seul sexe faible qui n’accepterait pas les baisers dans toute leur diversité. C’est grâce à ces mêmes baisers que vous pouvez effectuer une reconnaissance détaillée de la zone sur laquelle la bataille de lit doit venir, et même organiser le feu des passions préliminaires. On trouve des zones érogènes partout, même là où il est impensable de supposer, par exemple, sur les talons ou les coudes, donc si c’est le sexe qui doit sonner avec une majuscule, alors il faudra plus d’un litre de salive masculine et plus de une tonne d’eau pour rechercher les zones érogènes d’une femme, l’âme, qu’elle peut laver cette salive. Les dames normales donnent souvent des repères sensés aux messieurs afin de réduire le temps de leurs recherches et leurs attentes, mais ce n’est pas toujours le cas, et pour des recherches spécifiques, vous devrez faire le plein de temps et de patience..

– lécher

Utiliser la langue pour toucher le corps du partenaire pour couvrir de plus grandes distances qu’un baiser et sans la participation des lèvres s’appelle lécher. Avec une maîtrise magistrale de la langue, vous pouvez atteindre un orgasme chez presque toutes les femmes, car c’est le contact le plus approprié avec les erozones. La langue est vraiment un meilleur testeur de points stimulants que les lèvres ou le pénis, donc avec sa participation, vous pouvez complètement vous passer du soutien supplémentaire d’autres organes. Il faut tenir compte du fait que le léchage est une partie plus intime du programme des relations avec le sexe faible, par conséquent, il ne devrait être pratiqué qu’au stade des relations intimes, plutôt qu’à la première réunion. Plus la langue est douce lors de la recherche d’érozones, plus elle est humide et mobile, plus les zones sensibles seront trouvées..

– toucher

En touchant n’importe quelle partie du corps du partenaire avec n’importe quelle partie de son corps de différentes manières, le degré d’effort et la fréquence peuvent être considérés comme une touche érotique. Pour les femmes, de telles caresses sont primordiales, car leur peau est beaucoup plus sensible que celle des hommes, d’où l’importance du toucher pour elles est beaucoup plus élevée. Même danser, vous pouvez en trouver beaucoup sur le corps de votre partenaire, surtout si vous la touchez doucement et avec anxiété, et les vêtements ne seront pas dans le style d’une combinaison de protection de pompier. Pour moi personnellement, une telle merde semble marcher dans un champ de mines avec une sonde, lorsque le mineur touche doucement chaque bosse suspecte, en espérant que maintenant les corbeaux d’un arbre voisin ne se régaleront pas de ses œufs. En assumant un tel rôle et en devenant vraiment comme ce même mineur, en activant votre flair intérieur, vous pouvez facilement scanner la fille avec seulement des touches superficielles, et avec une certaine habileté, l’exciter pour que l’acte lui-même ne soit pas nécessaire.

– grattage

Toucher le corps du partenaire avec les ongles, les ongles des pieds, ainsi que le clapotis tangentiel avec la peau ou d’autres objets est une égratignure ou un grattage sexuel. La plupart des hommes ne savent tout simplement pas combien de plaisir ils donnent aux femmes en se grattant le dos ou le cul. Il y a une mer d’erozones, et chacune nécessite une touche. Par exemple, depuis longtemps je négocie une pipe pour ce sanctuaire même, pour l’information de ceux qui n’ont pas assez de pipes. Le moignon de rayures sanglantes des griffes ne doit pas être laissé clair – la tendresse est tout d’abord, mais selon la situation, vous pouvez la mettre sur votre croissance chitineuse du bout des doigts. Gratter le corps d’une fille déclenche instantanément une réaction de toutes les erozones, et n’a alors que le temps de prendre des notes. Les zones de réponse sont les zones érogènes, qui peuvent être utilisées pour faire une carte individuelle des zones érogènes de n’importe quel objet..

– picotements

Le pincement local de la peau du partenaire avec les doigts s’appelle le pincement. Un léger pincement des zones érogènes peut provoquer la plus forte excitation d’une femme, mais l’essentiel est de ne pas en faire trop et de ne pas en faire trop. Dans le pincement, deux moments opposés se combinent – la douleur et le high. Eh bien, rappelez-vous, lorsque la vapeur dans le sauna est telle que la peau gèle et a la chair de poule, alors il y a le même phénomène. Cela semble faire mal, mais en même temps c’est agréable et le corps aime ça. J’ai même imaginé un jeu, y introduisant une couche psychologique: lors des caresses au lit, vous pouvez attaquer une fille et la pincer doucement avec un « poulet », une « oie » ou un « brontosaure » quels endroits elle aime.

– caresser

La caresse consiste à entrer en contact avec n’importe quelle partie de votre corps avec n’importe quelle partie du corps de votre partenaire. Habituellement, une telle forme d’influence cachée et apparemment chaste sur les zones érogènes est utilisée pendant les caresses, et toujours avec succès. Les adolescents commencent à ramper les uns sur les autres bien avant une relation sérieuse, attaquant des copines et les laissant tomber dans une neige ou se blottissant contre eux dans une voiture galopant sur des bosses. Ce genre de caresses est très faible érotiquement et pour les attraper, le corps allume le «récepteur» à pleine puissance. À une époque plus mature, ces mêmes coups provoquent les mêmes émotions, mais l’ouverture de la relation les rend encore plus sensibles..

– fessée

Des coups légers avec les doigts, la main ou la paume sur diverses parties de la peau du partenaire sont des fessées. Le jeu de la «fille coupable» et sa punition pour beaucoup de femmes donne un plaisir concret. Au fait, à certains endroits, vous pouvez appliquer sur les zones érogènes et plus d’effort, je parle du «cinquième point». Le cul est tout un tas d’erozones, donc il réagit positivement à la fois aux caresses et aux fessées et à la fessée la plus dégoûtante. Il est nécessaire d’expérimenter et si un ami commence à taquiner et à provoquer de toutes les manières possibles la menace d’être fessée, il est nécessaire de lui donner ce qu’elle veut, mais dans la quantité qui sera suffisante – pas plus, mais pas moins.

– serrant

Une déformation étendue des zones de la peau du partenaire avec la main, ou plus globale – avec les mains, les pieds, le menton, les dents à travers les lèvres s’appelle la compression. Le sein féminin est particulièrement sensible et souple pour caresser de ce genre. Il n’y a pas de personnes de sexe faible qui rejettent un tel effet dans la nature. Puisque le sein est une alternative aux fesses, mais dans une forme plus douce, elle aime aussi différentes caresses, à l’exception de la puissance et du choc. En général, les rapports sexuels faibles eux-mêmes pendant l’orgasme pressent toujours leurs seins, mais ils ressentent le moment, il est donc préférable de regarder comment les propriétaires du buste le font et de répéter un peu plus doucement – environ la moitié.

– vibration

Le tremblement de diverses parties de la peau du partenaire est appelé vibration. Les hommes l’aiment aussi, mais les femmes sont ravies de leurs vibromasseurs. Certaines personnes remplacent facilement tous les autres types d’impact sur les érozones par un outil vital, qui n’existe malheureusement pas dans l’arsenal sexuel masculin. La vibration est la mieux appliquée dans le périnée et les organes génitaux, c’est là que les zones érogènes sont les plus sensibles et les plus sensibles à de telles caresses. L’irritation avec un vibrateur est, en règle générale, un processus final, elle conduit presque toujours à l’orgasme, et les zones érogènes s’en souviennent avec un demi-coup de pied et ne l’oublient jamais..

– mordre

Une compression locale de la peau du partenaire avec les dents est considérée comme une morsure. D’après ma riche expérience, il me semble que la morsure des erozones peut être appliquée à n’importe quel endroit du corps d’une femme, même au clitoris. Un tel hybride de baisers avec pincement ne convient pas pour obtenir un maximum de plaisir, mais il est capable d’exciter extrêmement un partenaire au lit, surtout si, en serrant légèrement les dents, lui tapotez le garrot, et même s’il grogne en même temps …

– odeur

L’exposition de la peau d’un partenaire à un flux d’air chaud ou froid soufflé s’appelle la respiration. L’énorme sensibilité des zones érogènes des femmes leur permet de profiter même du faible souffle de la brise, surtout si elle souffle là où elle doit.

Vous pouvez toucher les erozones avec une plume, un chiffon de soie ou simplement souffler – l’effet sera nécessaire et, en fonction du degré d’excitabilité et d’excitation du moment, il peut être ressenti de manière assez réaliste.

– le chauffage

L’exposition à la peau d’un partenaire en la traitant avec de la chaleur est appelée chauffage. Habituellement, les filles pratiquent cela sous la douche, lorsque des jets serrés d’eau chaude poussent leur corps à une frénésie. Combien n’ont pas essayé, mais cela ne fonctionne pas de faire un tel exercice pour un couple – j’ai peur de cuisiner vivant. L’eau chaude exacerbe vraiment la sensibilité des zones érogènes, c’est pourquoi la plupart des personnes au sexe faible préfèrent se masturber en elle. En général, les femmes sont thermophiles, et s’il y a une envie d’avoir des relations sexuelles sans couette, il faut créer des conditions climatiques dans une pièce où tout est à venir et pas de problèmes. Quant à la modestie et la honte des filles, elles n’ont rien à voir avec cela..

– refroidissement

L’impact sur la peau du partenaire en la traitant par le froid s’appelle le refroidissement. Ces drôles de représentants de beaux seins et culs – vous tenez un morceau de glace entre ses omoplates, et elle se tortille de plaisir. Fait intéressant, un morceau de glace dans un slip pour homme provoquera la même chose? Avec l’aide de cette technique, il est facile de détecter les zones d’excitabilité les plus fortes, mais elles doivent être notées à l’avance, sinon, ce n’est même pas une heure, vous pouvez amener le pauvre à morve avec vos expériences.

– impact extrême

L’exposition à la peau d’un partenaire avec des influences sexuelles non traditionnelles (flagellation, feu ouvert, glace, etc.) est appelée exposition extrême. Beaucoup de femmes aiment exposer leurs erozones à des influences plus sévères, leur tendance subconsciente au masochisme affecte, vous ne devriez donc jamais vous arrêter à ce qui a été réalisé de manière traditionnelle. Il y avait une amie et son anus était la zone la plus sensible. Pendant le sexe anal, je préfère toujours être le plus doux possible, mais ici les règles se sont avérées être avec des exceptions, et même avec quoi … L’acuité des sensations de moitié avec la douleur provoque une réponse du corps et tout de même les zones érogènes en sont responsables.

Dépendance des zones érogènes d’une femme.

Mais même si vous connaissez toutes les zones érogènes du corps d’une femme, sans avoir de compétences de contrôle, il est peu probable que vous puissiez la réveiller correctement. Le fait est que ces mêmes zones dépendent de tout:

– les odeurs

Les filles sont des créatures douces et rêveuses, et elles connaissent aussi mieux les odeurs que les filles. L’autre jour, une amie à elle le jour de la cuisine, son amie au lit a présenté un cadeau coûteux sous forme de parfum bourgeois et cela – il s’avère que cet arôme est inhérent aux femmes de l’âge de Balzac, et non à elle. La pâte était incommensurablement flashée, alors que personne n’avait de plaisir. Alors préparez son parfum préféré à l’avance et vous ne serez pas énervé en explorant les lieux protégés qui captent l’excitation..

– des sons

Tout doit accompagner la détente de celui avec qui vous devez expérimenter. Rendant hommage à la mode, vous pouvez facilement oublier l’hommage, qui se rompra dans le cas de la bonne sélection de bande sonore. Je me souviens qu’une fois pendant les rapports sexuels, une amie a suggéré que nous écoutions d’abord sa chanson préférée, et ensuite seulement de continuer. Évidemment, je n’ai pas pris en compte l’influence des zones érogènes de l’oreille, et j’ai dû voler avec écoulement sexuel ce jour-là..

– fatigue

Malgré le fait que partout où j’exalte le sexe au paradis – comme tout le monde, parfois je tombe de fatigue et même le plus fort désir de faire ce que j’aime disparaît. Naturellement, toutes les erozones en ce moment préfèrent se taire, car une défaillance critique du système appelé l’organisme est pleine d’apathie générale, qui, malheureusement, comprend Sa Majesté Sex.