Qu’est-ce que l’impuissance chez les hommes et comment la traiter?

Contenu

L’impuissance ou la dysfonction érectile est une violation de la capacité à terminer les rapports sexuels en raison de l’incapacité physiologique du pénis à venir et est cialis en ligne dans un état d’excitation pendant le temps nécessaire aux rapports sexuels (coït). Cette condition pathologique s’accompagne d’une modification de la tension, de la forme et du volume du pénis. Étant donné que dans la plupart des cas il y a une diminution de la qualité de l’érection, et non son absence complète, le terme «impuissance» est utilisé comme le plus haut degré de dysfonction érectile.

Aujourd’hui, il existe de nombreux traitements pour ce trouble, ils sont divisés en deux groupes principaux: les méthodes thérapeutiques conservatrices et chirurgicales..

Étant donné que divers processus sont impliqués dans l’émergence et le maintien d’une érection, l’échec à tout stade peut entraîner le développement de troubles. Le diagnostic de «dysfonction érectile» n’est utilisé que si plus de 25% des rapports sexuels ont échoué.

L’impuissance congénitale ou primaire est rare et se caractérise par une absence totale d’érection tout au long de la vie (due à une anomalie dans le développement des testicules ou du pénis). L’impuissance acquise ou secondaire peut se développer sous l’influence de nombreux facteurs, de changements de mode de vie ou de diverses maladies.

Ainsi, il est connu de manière fiable que l’inactivité physique aggrave considérablement la qualité et la durée d’une érection, car le flux sanguin local et l’équilibre de la sortie / circulation du sang vers les organes génitaux sont perturbés. En outre, la dysfonction érectile peut se développer dans le contexte d’une surcharge psycho-émotionnelle et physique, de la prise incontrôlée de suppléments sportifs (stéroïdes anabolisants stéroïdes) ou de certains médicaments (antipsychotiques). Des doses élevées régulières d’alcool ont un effet négatif sur les glandes endocrines (y compris les glandes reproductrices), empêchant l’apparition d’une érection.

Les causes de l’impuissance

Contrairement aux facteurs contribuant à l’émergence de l’impuissance sexuelle, le mécanisme de développement de l’impuissance repose sur des changements pathologiques au niveau de l’organe..

Une érection saine est due à la synthèse d’oxyde nitrique (NO) par les cellules endothéliales (une couche de tissu dans la paroi artérielle). Cette substance aide à détendre les muscles des vaisseaux, ce qui conduit à leur expansion. À travers les vaisseaux dilatés du petit bassin, le sang atteint les corps caverneux, les remplissant. À leur tour, les petites veinules locales se contractent, empêchant la sortie de sang et maintenant ainsi l’excitation du pénis..

Parmi les causes les plus courantes de dysfonction érectile figurent:

  • maladies du système cardiovasculaire (athérosclérose, maladie coronarienne, etc.);
  • troubles endocriniens (diabète sucré, thyrotoxicose, etc.);
  • troubles mentaux (dépression clinique, asthénie, etc.);
  • maladies neurologiques (insomnie, maladie d’Alzheimer, tumeurs du système nerveux, etc.);
  • lésions hépatiques et insuffisance hépatique (et par conséquent, une déficience dans la synthèse du précurseur de la testostérone);
  • maladies des organes du tractus urogénital (prostatite, hyperplasie prostatique, orchite, insuffisance rénale, etc.);
  • combinaison de facteurs psychogènes et physiologiques, etc..

Diverses causes du développement de la pathologie entraînent en conséquence une insuffisance artérielle ou veineuse, un durcissement du tissu caverneux et des processus inflammatoires qui empêchent l’émergence, le maintien de l’excitation et de l’érection.

La probabilité de dysfonction érectile augmente considérablement avec l’âge, ce qui est associé à une diminution de la fonction de sécrétion des glandes du corps, à la présence de maladies chroniques et à la prise de médicaments qui les éliminent. Les antihypertenseurs, les sédatifs ou les hypnotiques affectent l’incidence et le maintien de l’excitation du pénis.

Quels sont les signes d’impuissance?

Les manifestations de la dysfonction érectile dépendent en grande partie de la nature de la cause de la pathologie. Ainsi, les troubles vasculaires provoquent souvent une libération incontrôlée et intempestive de liquide séminal (éjaculation), et conduisent également à l’impossibilité de maintenir une excitation persistante du pénis. Dans ce cas, les érections spontanées peuvent être préservées..

Les changements pathologiques de nature neurogène provoquent une diminution de la rigidité (sensibilité) de l’organe et réduisent considérablement la fréquence d’apparition d’une érection.

L’absence d’érection adéquate (en réponse à une stimulation) en présence d’une érection spontanée indique le caractère psychogène de la pathologie.

Les dommages organiques entraînent l’absence d’érection à la fois adéquate et spontanée et constituent la situation clinique la plus difficile.

Ainsi, les principaux signes d’impuissance sont:

  • manque d’excitation ou diminution critique de sa durée (diminution de la capacité érectile);
  • manque d’érections spontanées (matin et soir);
  • éjaculation précoce.

Des symptômes tels que:

  • une augmentation de la taille du pénis, mais pas assez pour les rapports sexuels;
  • diminution de la tension du pénis en l’absence d’éjaculation;
  • épisodes fréquents d’éjaculation précoce chez les hommes matures;
  • impuissance sexuelle causée par une diminution ou un manque de désir sexuel, etc..

Cependant, il existe un certain nombre de signes similaires, dont l’apparition ne peut pas indiquer le développement de l’impuissance. Leur nature temporaire ou naturelle est médiée par des changements physiologiques dans le fonctionnement du corps masculin (un cours de prise de certains médicaments, andropause).

Ainsi, une dysfonction érectile qui n’est pas une impuissance est:

  • détérioration de la qualité ou absence d’érection due à une activité sexuelle excessive (une résistance temporaire aux stimuli se développe);
  • éjaculation intempestive dans le contexte d’une activité sexuelle irrégulière;
  • une diminution progressive de l’érection au-delà de l’âge reproductif, etc..

Afin d’évaluer objectivement le danger des symptômes de dysfonction érectile qui se sont manifestés, vous devez contacter un spécialiste spécialisé. Des diagnostics et un traitement opportuns vous permettent d’établir rapidement la nature et la nature du trouble, ainsi que d’accélérer la récupération de la fonction altérée.

Quel médecin traite l’impuissance?

Étant donné que le mécanisme du développement de l’impuissance implique des processus à différents niveaux (physiologique, mental), le traitement le plus efficace est obtenu par l’interaction de spécialistes dans différents domaines médicaux. Tout d’abord, il est recommandé de contacter un thérapeute pour prescrire un examen complet du travail de tous les systèmes corporels.

À l’avenir, il est conseillé de s’inscrire à une consultation avec un sexologue, surtout s’il y a: violation de l’éjaculation et diminution de la libido.

Dans les situations où la dysfonction érectile est survenue sans raison apparente, il est nécessaire de consulter un andrologue. Ce spécialiste prescrit une liste d’études pour identifier les pathologies du système reproducteur masculin, elle comprend généralement une analyse échographique des reins, de la prostate et des testicules. Sur la base des résultats obtenus, le médecin développe un traitement pour éliminer les maladies chroniques des organes génitaux masculins, restaurer les fonctions sexuelles et reproductives..

En outre, dans le processus de diagnostic et de traitement de l’impuissance, vous devez demander l’aide d’un urologue qualifié, car les perturbations du travail du tractus urogénital affectent considérablement l’érection. Les données sur la composition de la microflore de l’urètre, les paramètres cliniques du sang et de l’urine permettent de déterminer la spécificité (infection, inflammation, etc.) de la voie de la maladie, ainsi que de développer un ensemble de mesures thérapeutiques: médicaments conservateurs, physiothérapie et cours d’exercices de physiothérapie. L’approche multi-composants du traitement augmente considérablement son efficacité et accélère la récupération.

Les symptômes d’une visite urgente chez un urologue sont:

  • douleur pendant l’érection;
  • douleur pendant le coït;
  • la présence d’impuretés sanguines dans le sperme, etc..

L’interaction avec un médecin tel qu’un psychothérapeute vous permet d’identifier les difficultés psychologiques qui entraînent des difficultés dans l’émergence et le maintien d’une érection persistante. Le stress, la surcharge physique, les troubles du travail et du repos provoquent souvent une dysfonction érectile. Les séances avec un psychothérapeute aident à corriger l’anxiété et les craintes d’éventuels échecs lors des rapports sexuels, normalisent le niveau d’agressivité et d’irritation, si nécessaire.

Comment démarrer le traitement de l’impuissance?

Le traitement de l’impuissance, comme toute autre maladie, commence par une visite chez un médecin, à la réception duquel le patient est examiné, les plaintes et l’anamnèse sont analysées et des diagnostics sont prescrits.

Au stade de l’examen, la gravité des caractères sexuels secondaires, l’état externe des testicules et du pénis sont évalués. À l’avenir, des données sont collectées sur la présence de maladies chroniques, sur la composition et la durée de la prise de médicaments, sur le mode de vie.

Sur la base des informations reçues, le médecin prescrit des méthodes de diagnostic, qui comprennent généralement:

  • analyse générale et détaillée du sang et de l’urine;
  • étude de la sécrétion de la prostate;
  • profil hormonal;
  • test vasoactif;
  • artériographie et lectures de la pression artérielle dans les vaisseaux du pénis;
  • biothésiométrie pénienne (sensibilité et innervation);
  • psychotests, etc..

Comment l’impuissance est traitée?

Une recherche diagnostique efficace et l’identification de la cause du développement de l’impuissance prédéterminent le succès du traitement de la maladie. Aujourd’hui, dans le traitement de la dysfonction érectile, les méthodes traditionnelles et les méthodes de traitement nouvellement développées sont efficacement combinées..

Parmi les méthodes classiques de traitement de l’impuissance, on trouve:

  • un cours de médication avec l’utilisation de biostimulants, des micro-injections locales de médicaments vasoactifs, ainsi que des pommades contenant des substances pour la vasodilatation;
  • séances de psychothérapie;
  • thérapie sous vide constrictor, qui implique l’utilisation de dispositifs spéciaux qui pompent le sang dans le pénis. L’érection ainsi provoquée est maintenue (environ 30 minutes) grâce à l’imposition d’un anneau sur le pénis, qui empêche l’écoulement veineux;
  • exercices pour renforcer les muscles du périnée;
  • intervention chirurgicale en cas de dysfonctionnement des valves des veines ou de flux artériel vers les tissus du pénis.

Les ondes de choc et la thérapie cellulaire sont des traitements modernes et populaires de l’impuissance..

La méthode des ondes de choc est basée sur la propriété des ondes sonores d’augmenter l’élasticité des vaisseaux sanguins et de stimuler la néoangiogenèse (la croissance de nouveaux vaisseaux). En raison de l’amélioration de l’apport sanguin local, une réponse positive au traitement est observée après plusieurs séances de thérapie. La thérapie par ondes acoustiques a un effet à long terme et réduit la quantité de médicaments que vous prenez. L’utilisation de cette méthode n’a pas de contre-indications, est indolore et ne provoque pas de complications..

La thérapie cellulaire repose sur l’utilisation des propres cellules sanguines du patient. L’introduction d’un biomatériau spécialement traité dans le corps contribue au remplacement des tissus vasculaires endommagés et à la synthèse de nouveaux vaisseaux. En raison du fait que le flux sanguin physiologique des organes pelviens est normalisé, un effet à long terme d’amélioration de la qualité et de la stabilité de l’érection est fourni..

Est-il possible de guérir l’impuissance avec des remèdes populaires?

Si la survenue de l’impuissance n’est pas associée à des lésions organiques ou à la présence de maladies chroniques, les remèdes populaires peuvent avoir un effet thérapeutique..

La teneur en substances biologiques hautement actives et en vitamines permet l’activation de l’apport sanguin au pénis, la reconstitution des carences en micronutriments et la normalisation du contexte psycho-émotionnel. Cependant, l’utilisation d’infusions phytoniques et de décoctions à base de plantes doit nécessairement avoir lieu sous la supervision et l’approbation du médecin traitant. L’automédication peut aggraver des pathologies existantes ou entraîner le développement de nouvelles (réactions allergiques, détérioration du système cardiovasculaire, hypervitaminose, etc.).

Quelle est la différence entre la prostatite et l’impuissance?

La prostatite et l’impuissance sont des maladies indépendantes, mais la présence de l’une peut provoquer le développement d’une autre.

La prostatite ou l’inflammation de la prostate est le plus souvent causée par des micro-organismes pathogènes, mais peut se développer à la suite d’une diminution de l’immunité, de l’inactivité physique ou de l’abstinence sexuelle. La stagnation du sang dans les organes pelviens entraîne un processus inflammatoire dans la glande, dans lequel un dysfonctionnement érectile peut survenir. Selon les statistiques de l’OMS, dans 30% des cas de prostatite chronique, il y a des problèmes de maintien d’une érection et d’éjaculation intempestive..

Le secret de la prostate fait partie du liquide séminal, la prostate favorise la transformation de la testostérone à partir des hormones précurseurs, elle est située près de l’urètre, tous ces facteurs indiquent l’influence inconditionnelle de la santé / maladie de la prostate sur la norme / dysfonctionnement de l’érection du pénis.

L’exacerbation de la prostatite provoque un certain nombre de sensations inconfortables (douleur à la base du pénis, dans l’urètre et dans le scrotum), en particulier lors de l’éjaculation, ce qui ne contribue pas non plus à l’activité sexuelle.

Cependant, la présence d’une dysfonction érectile ou de son degré extrême – l’impuissance, n’indique pas le développement d’un processus inflammatoire dans la prostate. Surtout si les violations dans la sphère sexuelle sont de nature temporaire (surmenage, stress, carence en vitamines, etc.) ou sont causées par des raisons psychogènes.